Accueil » NON au Pré-du-Stand - Arguments du Comité Référendaire

NON au Pré-du-Stand - Arguments du Comité Référendaire

PROTÉGEONS L’AGRICULTURE  DE PROXIMITÉ ET LE CLIMAT 

NON AU MASSACRE D’UNE ZONE AGRICOLE POUR DES BUREAUX VIDES ! 

 

1. Bétonner des terres agricoles alors que nous sommes déjà à la limite imposée par  la Confédération ? 

NON car :

• La population veut une agriculture de proximité permettant une alimentation à base de produits locaux, mais les terres cultivables se font toujours plus rares à Genève.

• Privilégier des circuits courts d’approvisionnement alimentaire est une exigence, mais ce projet supprimerait une zone agricole où l’on produit plus de 100 tonnes de céréales par an.

• Sacrifier ces terrains, c’est friser la limite minimale légale de terres cultivables dans le canton. Sous cette limite, il sera interdit de déclasser d’autre terrains agricoles. Ainsi, ce projet empêche de bâtir 2000 logements abordables ailleurs.

• La surface agricole des 13 à 14 ha qui sont en projet de modification de zone constituent une continuité paysagère (fonctionnalité environnementale : agricole et corridor biologique) planifiée lors de la 2ème génération du Projet d’agglomération dit du Grand Genève. Le Plan paysage (2012) transmis à la Confédération stabilisait cet espace agricole, qui assurait également le seul corridor biologique sur la partie ouest de l’aéroport, reliant les espaces forestiers de Ferney Voltaire avec la pénétrante de verdure des Nations jusqu’au Parc Mont Repos. L’aliénation de cette « maille verte », outre de creuser dans le ratio restant de surface agricole utile exigé par le Conseil Fédéral, serait extrêmement dommageable dans l’équilibre environnemental, en particulier sur la biodiversité (référence : www.grand-genève.org  Projet de paysage 2012 du Grand-Genève).

2. Davantage de bureaux dans un canton croulant sous les surfaces commerciales vides ? 

NON car :

• Le déclassement vise notamment à ériger un nouveau méga-complexe administratif de 90 000 m2 alors qu’on compte déjà plus de 300 000 m2 de bureaux inoccupés à Genève.

• Le magazine Bilan (7.03.2017) écrit les « vastes surfaces de bureaux inoccupées se trouvent essentiellement dans les zones excentrées, notamment celles qui entourent l’aéroport de Genève. »

• La population a besoin de logements abordables dans des zones respirables, pas de bureaux inutiles !

3. Créer un centre sportif dans une zone très polluée ? 

NON car :

• Un centre sportif pour jeunes n’a pas sa place dans une zone polluée par les oxydes d’azote du fait de la proximité de l’aéroport et de l’autoroute et donc particulièrement inadaptée à l’entraînement intensif.

• Durant l’effort, l’impact de cette pollution est décuplé, l’inhalation de l’air étant 5 à 10 fois plus forte qu’au repos. Les organes respiratoires en développement des jeunes y sont très sensibles, contrairement aux végétaux bien moins sensibles aux oxydes d’azote.

• Par ailleurs, il existe dans le canton de Genève des terrains de football inoccupés en semaine. Un complément d’un ou deux terrains suffirait donc à couvrir le déplacement de ceux de Balexert, où une école est prévue.


4. Cautionner une opération douteuse au seul bénéfice d’une société immobilière ? 

NON car :

• Le projet s’appuie sur un financement qui inspire des doutes, avec un partenariat public-privé problématique impliquant la société immobilière Capvest SA, dont on a beaucoup entendu parler dans le cadre d’une affaire politicofinancière qui a ébranlé le canton.

• Le promoteur pourrait gagner plus de 900 millions en investissant 100 millions sur ces terrains. Cette spéculation va à l’envers du bon sens, les bureaux étant souvent appelés à rester vides ou sous-occupés.

• Tandis que les promoteurs empocheront des millions, les contribuables devront mettre la main à la poche afin de subventionner les activités du pôle sportif.

 

Refusons un projet qui cumule les faux pas en matière d’aménagement
du territoire, d’écologie, de santé publique et de transparence financière.

Votez et faites voter NON à ce déclassement.

La lutte contre le réchauffement climatique est de notre responsabilité.

Et protéger le climat, c’est aussi défendre les terres agricoles!

 

 

Pour la construction d’un Cycle d’Orientation à Balexert

Le comité référendaire n’a aucune intention d’entraver la possibilité de construire un Cycle d’Orientation à Balexert. Au contraire. 
Les actions pour planifier sa construction doivent être mises en oeuvre au plus vite par le Conseil d’Etat. Les terrains de football existants peuvent être transférés sur d’autre sites que le Pré-du-Stand. N’opposons pas agriculture et football

D’autres solutions pour  le centre sportif 

Une mutualisation et une meilleure utilisation des 100 terrains de football existants dans le canton permettront à l’ensemble des footballeurs et des footballeuses de s’entraîner ainsi que de disputer des compétitions. La plupart des terrains sont inoccupés la journée en semaine et peuvent très bien être utilisés par le sport d’élite et la relève. Pour compléter l’offre existante, on ajoutera un ou deux terrains et un bâtiment à proximité d’un centre sportif existant. 

 

Non au bétonnage de terres agricoles
alors que nous sommes déjà à la limite imposée par la Confédération !

Non à davantage de bureaux dans un canton
croulant sous les surfaces commerciales vides !

Non à la création d’un centre sportif dans une zone très polluée !

Non à une opération  douteuse au seul bénéfice  d’une société immobilière ! 

 

Comité référendaire – NON au Pré-du-Stand

Liste des membres

solidaritéS, Les Verts du Gd-Saconnex, Ensemble à Gauche, Les Verts genevois, Sauvegarde Genève, Uniterre, Groupe apolitique du Gd-Saconnex, Les Jardins de Cocagne, Association des habitant-e-s du Petit-Saconnex-Genêts, Association pour la Sauvegarde du Petit-Saconnex Village